LES POILANE TAILLENT LA ROUTE

TOUR DE L'EUROPE EN FAMILLE ET CAMPING CAR

De Stocken à Stockholm

 
Après la côte magnifique de l’ouest, avec ses petits villages de pécheurs et ses petites maisons colorées : stocken, fiskebäckskil et Fjällbacka , nous traversons la suède en se posant ici est là près des lacs pour rejoindre Stockohlm.
 
 
Il y a une coutume ancestrale en suède « allemansrätt », le droit de camper partout à condition de respecter le site, sans oublier les règles de courtoisies élémentaires : ne pas rester plus de trois jours et de se tenir éloigner des habitations. Effectivement on a pu faire du camping sauvage sans se soucier d’être déloger mais petite déception tout de même, dans les plus beaux sites que ce soit sur les lacs et au bord de la mer, de nombreux panneaux stipulent l’interdiction de camper…
 
Quiproquos, et mauvaise synchronisation, notre forfait téléphonique explosé et bloqué (avec une facture d’environ 3 semaines de bouffe, ça fait mal au ….), nous n’avons pas pu retrouver notre pote Mike à Stockohlm.
 
Bibine or not bibine ?
 
Bon il faut quand même qu’on vous cause d’un truc un peu tabou en Suède : la picole !!!! Dans les supermarchés, on ne trouve que de la bière à 3,5° maximum, pas de vin… rien,
 Attention Bernadette, tu vas être pompette !!!
 Le Systembolaget est une entreprise d’état qui détient le monopole de l’alcool. On ne peut donc qu’acheter dans ces magasins (qu’ on a toujours pas trouvé…). Il faut avoir 18 ans pour boire une bière et 20 ans pour en acheter dixit le routard. « La raison de cette réglementation serait que les suédois auraient la fâcheuse réputation de boire comme des trous. (…) après une semaine de tempérance, le vendredi soir marque ainsi le coup d’envoi d’un week end de beuverie. Les statistiques tendent pourtant à prouver que le Suédois boit 2 fois moins que le français, mais le nordique boit systématiquement pour s’enivrer et non pour accompagner un repas. »
 
 Stockholm fut le point le plus au nord de notre périple, il est temps pour nous de rentrer tout doucement. Nous nous préparons à notre retour. Mais profitons encore, il nous reste à rejoindre Hiljmar prés de Lund, traverser l’Allemagne, pour redécouvrir la Hollande et la Belgique.



Publié à 19:05, le 12/05/2012, Stockholm
Mots clefs :

Krisprolls

 

 
Le ferry navigue sur la baltique, nous arrivons en terre suédoise !
Quelques jours auparavant, le verdict est annoncé : faute de budget, nous renonçons, non sans regret, à fouler du pied le Danemark et la Norvège.
Le Moaï, le ventre alourdi de toutes les victuailles et réserves achetées en Alemagne roule vers notre 1ere destination Ystad au sud de la Suéde.
C’est magnifique ! Ces petites maisons rouges et blanches en bois, couleur de l’ocre de Falun, des forêts, des lacs, une nature sauvage et préservée. Au pays de la volvo et de la Saab, mais surtout de la petite reine, nous avons ressorti nos bicyclettes. Ensuite Kaseberga, petit port de pèche adorable, célèbre pour ses mystérieuses pierres, dixit le routard,
mais également pour sa fumerie de poissons. Là, nous ne résistons pas à se délecter de ses saumons et autres poissons fumés, qui alimentent notre garde manger et nous titillent les papilles. Nous sommes bien accueillis sur cette terre scandinave. Petit feu de camps sur une halte en sauvage.
 
Nous avons « accosté »sur l’ile d’Orust, c’est magique !
 
      


Publié à 14:04, le 2/05/2012, Orust
Mots clefs :

LE VOTE DU CRAPO

 
Au lendemain des résultats du premier tour de la présidentielle, le crapaud vagabond ne peut s’empêcher de baver sur le papier.
 
Alors c’est parti : Après une campagne désastreuse, alimentés par des médias racoleurs, et tapageurs, se permettant des analyses bidons à chaque nouveau sondages ; Après des thèmes électoralistes répétés comme des marionnettes à leur 100ème représentation, par des candidats acteurs, coacher comme des bêtes de courses ; Après tant de querelles, de chiffoneries, de commérages, nous voila enfin à la fin de ce parcours si ridiculisant pour la France !!!!
 
Ah ! La bonne nouvelle pour les médias : le score de la marine nationaliste de 18%. Souvenons-nous en 2007, le crapo de Cécilia faisait 31% environ et le baveur borgne environ 11%. En 2002, le même était à 18% !!!
On le sait et les crapos journalos aussi, les extrémistes de droite, aux élections présidentielles, raflent entre 15 et 20% des voix et ce depuis plus de 10ans !!
En 2007 l’ancien crapo de l’intérieur, avec ses discours de karchers, attira dans sa mare de Neuilly les électeurs du front !!
Alors que l’on arrête, que les télévisions, les radios, les journaux, de servir les intérêts du parti à la flamme bleue, en nous alarmant : « ha ! mon dieu, il y a de plus en plus de con crapo votants à droite de la droite !!! ». Non ils sont toujours aussi nombreux, mais en 2007, ils ont cru au manège du crapo sarko.
 
Des racistes pensants qu’ils se sentiraient mieux sans les jaunes, les négros, les bougnouls, sans les turcs, les portos, les ritals, les polacs, sans les… (…je m’arrète là, car ils n’y aurait plus que des crapules au yeux bleu ariens, dans notre pays de la diversité), il y en aura toujours.
 
En tous les cas, le crapo pas si content que ça, au lendemain du 1er tour, préfère voir et savoir, combien et où sont les électeurs extrémistes de droite, plutôt qu’ils soient dilués dans les résultats d’une droite qui se dit républicaine.
 
Ce qui me semble le plus inquiétant c’est d’une part que 18% des électeurs souhaitent sortir de l’Euro et revenir aux vieux francs, que 26% +18% veulent rompre avec les accords de Schengen !!!???? J’en reste tout pataud dans ma mare. Cela est en plus contradictoire. Après avoir diminué les effectifs des crapos douaniers, en les associant au bufos vetos, le crapo bientôt carpette, devrait remettre en place les postes aux frontières, pour contrôler les entrées et les sorties des personnes. Plutôt que de contrôler les qualités des marchandises, les crapo libero préfèrent contrôler la qualité des personnes…encore un discours purement électoraliste pour lécher le cul des extrémistes. Le crapo est navré devant tant d’audace à nous prendre pour des cons !!!!
 
D’autre part, comment et pourquoi, vous les médias, les journalistes, vous n’avez pas sollicité les candidats sur l’écologie ? C’est le sujet majeur du siècle, et vous ne les interrogez même pas ???!!! cela aurait sans doute permis de donner une leçon à ceux qui ne pensent que sécurité, control, immigration, répression.
 
En tant que crapo se sentant un tant soi peu raisonnable, je conseil au crapo quittant son trône et ses talonnettes, d’aller en Italie avec sa mie, chanter « ma p’tite Julia ».
 
Enfin le crapo mou et sa gauche réunie, se retrouvera, je l‘espère, dans 15 jours, avec une énorme responsabilité : s’ils ne réussissent pas là où les crapo libero ont faillis, alors la crapule du borgne explosera les chiffres !
 
LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE. C’est quand même pas si compliqué que cela, de respecter notre république, MERDE !!!!!
 
En même tant le crapo vagabond ne peut pas se plaindre car il n’a pas accompli son devoir de citoyen. Alors il ferait mieux d’aller patauger dans les lacs de Suède, en attendant les résultats du 6 mai.


Publié à 01:08, le 28/04/2012, Ystad
Mots clefs :

danke schön Sarah

Masberg, Allemagne, du 11 au 13 Avril
 
Nous voilà devant la porte de chez Sarah. Sarah ? On ne s’est jamais vu, seulement échanger des mails qui laissaient déjà présagés une belle rencontre. C’est l’amie proche de Stéphanie (de kerbourg), la marraine de cœur de Solveig.
2 jours inoubliables dans son appartement cosi où l’on se sent bien, où les langues : l’allemand, l’anglais, et le français se côtoient sans complexe, où l’on aspire aux mêmes valeurs… Jolie Sarah, sac en bandoulière, pantalon patte d’eff, 1m80 de générosité et de gaieté.
Et puis Théo, le papa,
 
Astrid, une bonne copine, qui habite les Pyrenées et mariée à un américain rencontré en Irlande…
Mila et Noée s’y sentaient bien aussi chez Sarah, installés confortablement dans la chambre de sa fille Kyra, en vacances dans la forêt noire.
 
 
Anthroposophic institution
 
Sarah a 2 jobs, elle donne des cours à l’université en science de l ‘éducation, et travaille à l’anthroposophic institution où elle suit des jeunes en grande difficulté. Son outil pédagogique c’est le cheval, sa passion.
 
Elle nous a fait visiter ce site extra ordinaire, où ce modèle éducatif de tolérance fait rêver…
Les jeunes alternent cours, loisirs et travail et, sont hébergés sur place
Ils travaillent dans une serre, une ferme pédagogique, un café bio, un supermarket bio, un magasin « second hand » des vêtements d’occasion, ou encore dans un atelier de mécanique. C’est un village ouvert où se mêlent les générations puisqu’ils abritent une maison de retraite, un jardin d’enfant, des maisons de particuliers. Mais ce n’est pas tout, les légumes récoltés servent pour le village, pour nourrir par exemple les personnes âgés (qui vieillissent moins vite semble t- il au contact de jeunes et d’enfants)… toute personne peut faire ses courses ou mettre sa voiture en réparation .Bref TOUT CE QU’ON AIME, l’écologie, le social et l’économie, le développement durable par définition.
 
 
Alors pour tout ça, Danke schön Sarah.
 Et Merci  à toi Stéphanie….
 
 
 
 


Publié à 17:34, le 21/04/2012, Wismar
Mots clefs :

"ICH BIN EIN BERLINER"

 

 
Ha! Berlin et nos retrouvailles avec Babette et Martha !!
Nous nous étions préparés à une veille de leurs arrivées un peu sportive, car les recherches sur internet ne furent pas concluantes. Le samedi 14, départ de bonne heure, à la recherche du camping idéal, avec nos critères : emplacement Moaï, chambre pour nos Guérandaises, le tout dans un prix raisonnable.
Coup de bol ou flair des crapauds, le premier fut le bon !!
Toutes les conditions étaient réunies pour une semaine de folie, sans la pluie, et fou-rires garantis dans la capitale au combien emblématique.
 
Berlin, ville de contrastes, de diversités, d’oppositions : ce n’est pas une ville ordinaire, mais on ne peut pas la trouver qu’austère tant elle vous offre. Ville imprégnée d’histoire, de monuments colossaux ne laissant pas le passant indifférent, tel l’image du mur, hier atroce, aujourd’hui œuvre d’art colorée.
 
Et c’est parti : Curry-wurts et donuts’, quartier dutch et russe à Postdam, ferry, tram, métro et bus, pintes mousses et binouzes,
 
 
les filles suivants la cadence avec bonheur et entrain, se faisant houspiller quelque peu par de vieux allemands grincheux, guitares et chansons avec création spéciale des loulouttes artistes en herbes, le mur, Alexender platz, la coupole du Reichtag, Postdam Platz et compagnie, et nous heureux d’être ensemble, réunis.



Publié à 12:17, le 21/04/2012, Wismar
Mots clefs :

Page précédente Page suivante


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Derniers articles
- DANKU BEL
- A DEMAIN
- le retour des Tails en Moaï
- rupture conventionnelle du crapo
- TACK TACK HJALMAR

Rubriques

Mes amis
- thailandia
- toutankamion